«

»

Déc 12

Emprunter pour investir : comment les entreprises utilisent l’effet de levier ? (2/2)

 

 

Dans l’article précédant nous avions vu que les entreprises étaient obligées d’utiliser l’effet de levier pour investir. Mais attention, il faut toujours bien faire les calculs préalables.

Exemples d’investissements avec effet de levier chiffrés.

 

on peut perdre de l’argent sur un investissement rentable ?

 

Imaginons que l’investissement dans une usine coûte 10 Millions d’euros.

L’usine est sensée durer 25 ans.

Le chiffre d’affaire prévu est de 5 millions d’euros/an (on se passera de parler des effet de l’inflation).

Les charges opérationnelles seront de 4.4 millions d’euros/an

L’EBE de l’usine sera donc de 600 000 €/an

Waouh, un placement à 6 % ? Et bien non, nous allons le voir !

 

On pourra donc imaginer un emprunt sur 25 ans avec des mensualités inférieures à 50 000 € (600 000 €/an).

Par exemple :

  • Emprunt : 8 500 000 €
  • Taux : 4.5 %
  • Durée : 25 ans
  • Mensualité : 47 250 €

 

Ainsi, il faudra investir 1 500 000 € issus de la trésorerie, emprunter 8 500 000 €. Avec ces mensualités l’entreprise pourra dégager  un bénéfice de 33 000 €/an.

 

Ensuite, on va pouvoir calculer le TRI et le ROE !

 

Le TRI = Taux de rendement interne :

 

C’est la rentabilité de l’investissement sur 25 ans sans s’occuper du financement par la banque.

Attention, au bout des 25 ans, l’usine ne vaut plus rien (contrairement à un appartement, c’est un bien amortissable).

Autrement dit, c’est le cumule des gains ôté du coût de départ, ici :

  • Dépense initiale : 10 millions €
  • Cumule d’EBE : 25 ans x 600 000 € = 15 millions

 

 

Soit 50 % de rentabilité sur 25 ans. Il faut le ramené à un rendement annuel et ce n’est pas 50 % / 25 ans = 2%, mais : 1.50^(1/25) = 1.6 %.

 

Le ROE = Return On Equity :

 

C’est la rentabilité sur les fond propres investis, ici :

  • Fonds propres : 1.5 millions
  • Bénéfices cumulés : 33 000 x 25 ans = 825 000 €

 

On avait l’impression, sans avoir calculer, que le rendement était de 6% annuel. En fait, le retour sur investissement est négatif, autrement dit, l’entreprise ne doit pas faire cet investissement.

 

La sensibilité de l’effet de levier.

 

Reprenons l’exemple avec un EBE de 680 000 € au lieu de 600 000 € ! (+0.8% par rapport à l’investissement de départ)

On pourra emprunter sur 25 ans avec des mensualités inférieures à 56 650 € (680 000 €/an).

Par exemple :

  • Emprunt : 9 900 000 €
  • Taux : 4.5 %
  • Durée : 25 ans
  • Mensualité : 55 000 €

 

Ainsi, il ne faudra plus investir que 100 000 € issus de la trésorerie, emprunter 9 900 000 €. Avec ces mensualités l’entreprise pourra dégager  un bénéfice de 19 000 €/an.

On emprunte plus, on gagne moins, c’est pas bon ça !

 

Et pourtant…

 

Le TRI :

 

  • Dépense initiale : 10 millions €
  • Cumule d’EBE : 25 ans x 680 000 € = 17 millions

 

 

Soit 70 % de rentabilité sur 25 ans. Et une rendement annuel de 2.15 % (ce n’est pas miraculeux)

 

Le ROE :

 

  • Fonds propres : 100 000 €
  • Bénéfices cumulés : 19 000 x 25 ans = 475 000 €

 

On a gagné 375 000 € sur 25 ans pour 100 000 € d’investis, soit un rendement annuel de 6.5 %. A ce niveau de rentabilité, l’entreprise peut investir !

 

Conclusion

 

Les entreprises sont contraintes d’utiliser l’effet de levier. Elles devront bien choisir leurs investissements pour ne pas perdre de l’argent. Cependant, en utilisant l’effet de levier, elles limitent les dépenses de trésoreries et obtiennent des rendements plus intéressants.

 

Qu’est ce que cela a à voir avec l’investissement immobilier ? Mon idée est que nous devons nous inspirer des investissement des entreprises pour choisir nos investissement immobilier personnels et accroitre nos rendements.

 

 

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Stéphane

    Votre information me parait très intéressant. En lisant votre article, j’ai su qu’ utilisé l’effet de levier pendant une création d’entreprise est vraiment économique et rentable.
    Thanks pour l’Excellent partage
    bonne continuation

    1. Quentin

      L’effet de levier est une prise de risque supplémentaire, mais c’est aussi et surtout un moyen de financer ses projet sans pour autant être riche au préalable.

      1. Patricia

        Emprunter pour m’enrichir, j’évite, c’est trop de stress, et les bulles ont vites fait d’exploser, je pense que la crise en a refroidi plus d’un, dont moi, maintenant j’essayer de rester raisonnable, avec une prise de risque minimale.
        Patricia Articles récents…Lire cette information sur la musique libre de droit d’auteur.My Profile

        1. Quentin

          Ne soyons pas si catégorique. Il est possible de doser un bon compromis entre le risque et le rendement. Sachant que ce n’est pas le financement qui fait la qualité de l’investissement, mais l’investissement lui-même. Le financement amplifiera les choses : mauvais choix, le financement est risque, bon choix le financement augmente le rendement.

  2. Mezzetta

    Bonjour Quentin,

    J’étudie actuellement le business plan d’un projet EnR éolien.

    J’ai créé mon tableau d’analyse sur Excel et ne suis pas sur de mes résultats de TRI & ROE
    Pouvez vous m’aider s’il vous plait
    Je vous en remercie par avance
    Cordialement
    Dominique

    1. Quentin

      Oulala, le brai TRI d’un projet éolien fait appel à beaucoup de paramètre, le mieux est quand même de se faire conseiller par un professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge