«

»

Fév 25

Faut-il emprunter pour investir ? Tout sur l’effet de levier.

 

« Empruntez pour vous enrichir avec l’argent des autres« . Tel est le conseil de nombreux investisseurs.

 

 

Beaucoup d’enthousiastes ! Beaucoup de sceptiques ! Où est la vérité, dans cet article, je vais faire une étude chiffrée pour comparer les cas !

 

 

Effet de levier : A bas les argumentaires trop rapides !

Les pro-effet de levier

« Investir avec effet de levier, c’est la grande classe », tu achètes un bien à 100 000 €, tu empruntes 90 000 €, tu n’as mis que 10 000 €, si le bien prend 2% soit 2 000 €, ta rentabilité sur fond propre est de 20 % (2000€ à comparer à 10 000 € d’investis). »

Un peu facile non… Quid du remboursement du prêt ? et des frais et intérêts qui vont avec ?

Les anti-effet de levier

« Moi je n’investis que du cash, pas de frais bancaire et d’intérêts, pas de risques de non remboursement, pas de dette ! En plus je génère un revenu dès le départ. C’est plus rentable et moins risqué »

L’argumentaire se tient, mais pour avoir un bien à 100 000 €, il faut avoir 100 000 € dans sa poche. En attendant, on fait quoi, on mets se économies sur un livret A ? à 1,25% !!!

 

Pour mettre les points sur les « i », le mieux est de calculer sur des exemples concrets.

 

Les données pour comparer l’impact de l’effet de levier

 

Afin de rendre la comparaison plus aisée, on va prendre des données fixes en termes de prêt, de bien, d’inflation…

 

Données sur les biens

On considérera toujours dans les calculs l‘investissement immobilier suivant :

  • Valeur : 50 000 €  l’année 1 de la simulation.
  • Loyer net : 200 €/mois (après déduction des charges, taxe foncière, assurance, et autres frais). Hors impôt sur le revenus et mensualités d’emprunt). Soit un revenu net de 2400 €.
  • Pas de travaux à faire.

Données sur la fiscalité :

  • Frais de notaires : 7%
  • Impôts sur le revenu : 14 % (des loyers après déductions des frais ET des intérêts)
  • CSG : 15.5% (des loyers après déductions des frais ET des intérêts)
  • Impôt sur les plus-values : 34.5 % avec abattement progressif selon le tableau ci dessous.
Durée de détention en années * Abattement après la réforme
Moins de 6 ans 0
Entre 6 et 7 ans 2 %
Entre 7 et 8 ans 4%
Entre 8 et 9 ans 6%
Entre 9 et 10 ans 8%
Entre 10 et 11 ans 10%
Entre 11 et 12 ans 12%
Entre 12 et 13 ans 14%
Entre 13 et 14 ans 16%
Entre 14 et 15 ans 18%
Entre 15 et 16 ans 20%
Entre 16 et 17 ans 22%
Entre 17 et 18 ans 24%
Entre 18 et 19 ans 28%
Entre 19 et 20 ans 32%
Entre 20 et 21 ans 36%
Entre 21 et 22 ans 40%
Entre 22 et 23 ans 44%
Entre 23 et 24 ans 48%
Entre 24 et 25 ans 52%
Entre 25 et 26 ans 60%
Entre 26 et 27 ans 68%
Entre 27 et 28 ans 76%
Entre 28 et 29 ans 84%
Entre 29 et 30 ans 92%
Plus de 30 ans 100%

Données sur l’inflation.

On considérera une inflation de 2% par an pour les loyers comme pour la valeur du bien.

Données sur les prêts

  • Taux d’intérêts : 3.5%
  • Taux d’assurance : 0.25%
  • Cautionnement : 1%
  • Durée du prêt : 20 ans

Données sur l’investisseur :

  • Capital de départ : 53 500 € (volontairement la valeur du bien)
  • Liquidités placées sur un livret à 2%.
  • Les revenus sont systématiquement replacés (sur livret ou bien en immobilier)

 

Profil investisseur « je paye cash »

Comme son nom l’indique, cet investisseur n’utilise pas l’effet de levier (donc pas d’emprunt).

Il achète donc le bien en cash et récupère les revenus qu’il place sur un livret.

 

 

Au bout de 30 ans, il possède un bien d’une valeur de 90 000 € (le bien à 50 000 € + l’inflation) et une épargne de 90 000 € aussi. Il possède donc un patrimoine total de 180 000 € pour 53 500 € s’investit. A ce stade, il pourrait racheter un second bien en cash.

 

Au niveau rendement :

 

On arrive à un rendement net de 4,1%. Ce n’est pas si mal.

Notez que le rendement est faible voir négatif au début : il s’agit des frais de notaires qu’il faut amortir !

 

 Vous trouverez la suite de l’article ici avec les courbes sur l’investissement avec emprunt ici.


(33 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Gwen

    Salut,
    article bien complet dont je vais surement me servir pour convaincre des amis…
    Petite remarque pour en avoir fait les frais sans jeu de mots: le mythe des frais de notaire à 7% a la peau dure! La courbe n’est pas linéaire et sur un montant de l’ordre du bien de cet article, on est plus à 10%.
    Je viens de signer un compromis pour une valeur de 42k et les frais sont estimés par le notaire à 4300 euros.
    Je viens de faire une petite simu avec 50k et on est exactement à 10%
    (http://www.paris.notaires.fr/outil/immobilier/calcul-de-frais-dachat)
    Gwen Articles récents…Diminution des charges : la méthode pour tous !My Profile

    1. Quentin

      effectivement sur les petites surfaces et sur certaines zones, les frais de notaires sont au delà des 7%.

  2. k&c

    Parfois même quand on possède la totalité de la somme ça peut être plus intéressant d’emprunter:
    – on peut obtenir ainsi un gain grace à la déductibilité des interets
    – par effet de levier (si on a la totalité de la somme pourquoi ne pas acheter plutot deux biens!!!)
    – pour garder un peu d’argent de coté par sécurité

    1. Quentin

      C’est même très intéressant d’emprunter quand on à la somme de côté. Les bon investisseur disent toujours préférer garder le maximum de leu cash pour pouvoir continuer à investir.

      1. eric

        Bonjour Quentin,

        De nombreux clients abondent dans ce sens du fait que ceux-ci partent du principe que le locataire va rembourser leur investissement immobilier permettant ainsi d’investir sur un autre bien immobilier. Malgré tout, il faut un fond de départ et une assurance que chaque habitation sera louée.

  3. Marc

    Salut,

    L’effet de levier est un mécanisme vraiment puissant.
    En empruntant sur la durée la plus longue possible pour un investissement et en calculant pour que les loyers remboursent les mensualités du prêt, on fait une très bonne affaire.
    Si on rajoute l’inflation, et donc la réévaluation des loyers à la hausse mais le fait que le prêt lui ne bouge pas, l’inflation rembourse aussi au final une partie du crédit.

    Merci pour cet article.

    Marc.
    Marc Articles récents…Les 2 points pour optimiser ses dépensesMy Profile

  4. Courbo

    Article très intéressant, mais suis toujours indécis quant à ma situation, J’ai une maison évaluée à 300 000 € à 30 min de paris, ma résidence principale depuis 2001, j’ai récemment voulu changé de boulot et ai été embauché en CDI dans l’aisne (à 160 km de chez moi) il y a 2 mois…
    j’étais parti pour vendre et racheter dans le 02, il y a des maisons sympa à 150 000 e et placer le reste (pourquoi pas dans l’immobilier d’ailleurs!): je suis seul et actuellement hébergé par des amis à un 1/4 d’heure de mon boulot.
    Toutefois, des collègues me conseillent d’emprunter pour acheter ma nouvelle maison et de louer l’ actuelle (aux alentours de 1300 e/mois) pour couvrir le prêt , mais renseignements pris à la banque, je laisse près de 60 000 € pour une mensualité de 930€(370 brut de rentrée !!) dans ce crédit et, en plus, je suis coincé par la location pendant encore 18 ans sous peine de payer de la plus-value à la revente! que me conseillez-vous??

    1. Quentin

      Bonjour,

      Je ne connais pas votre situation, ni vos horizons de placement, ni votre appréhension des risques… Donc, difficile de répondre.

      Premièrement, votre résidence actuelle ? Achetée combien en 2001, quel prêt avez vous fait, quel serait le marché de la location ?

      Personnellement, j’opterai pour garder votre ancienne maison et la mettre en location. Mais plus de détails seraient intéressant. Si vous voulez, je peux faire une simulation, laissez mois plus de billes en message privé.

      La simulation pourra faire aussi l’objet d’un article ici sur un cas concret (en enlevant bien sûr toute référence qui pourrait empiéter sur votre intimité).

  5. jpm

    Bonjour c’est avec interet que j’ai lu votre article et votre demonstration mais j’aimerais un conseil svp.Je dispose d’une somme de 60000€ en cash et je voudrais investir dans l’immobilier mais je ne sais pas s’il faut payer cash et donc avoir des loyers mensuels a placer ou s’il vaut mieux emprunter une partie ou la totalite du bien a acheter.Je peut rembourser un maximum car je n’ai plus de credit et de plus je ne suis pratiquement pas imposable.Pouvez-vous me conseiller .Merci d’avance
    JPM

    1. Quentin

      Sujet difficile…

      Cela dépend de beaucoup de paramètres :
      – votre age.
      – savoir si vous avez besoin ou non de revenus supplémentaires.
      – Savoir votre aversion pour le risque.
      – Savoir combien d’opération immobilières vous comptez faire.
      – Savoir l’horizon de votre placement.

      Pour faire une première ébauche rapide :
      – Plus vous êtes âgés, moins il est intéressant d’emprunter.
      – Si vous avez besoin de revenus supplémentaires, payez cash, si vous voulez accroitre votre patrimoine, empruntez.
      – Si vous avez peur du risque, payez cash, il n’y aura que le risque immo et pas le risque bancaire.
      – Si vous n’envisagez qu’une seule opération immobilière, payez cash. Sinon gardez toujours le maximum de liquidité chez vous pour pouvoir financer les autres opérations.
      – Si vous voyez aujourd’hui, payez cash, si vous voyez à 20 ans, empruntez.

      Bref, il faut étudier les choses selon chaque cas. L’effet de levier permet d’obtenir un rendement maximum, mais ce n’est pas toujours l’objectif.

  6. argentinvestir.com

    L’effet de levier peut être positif, mais il peut aussi être négatif. D’où l’importance de bien calculer et préparer son projet d’investissement

    Hervé d’ArgentInvestir.com
    argentinvestir.com Articles récents…S’expatrier : Comment sommes-nous partis à l’étranger ?My Profile

  7. davis

    Bonsoir,
    Merci pour vos articles très enrichissant.
    j’aimerai beaucoup avoir votre avis sur mon « cas « .
    Je suis propriétaire d’un bien mais je compte d ‘ici quelques années vendre pour acheter plus grand et avec ma compagne.
    Je me pose la question de l’investissement locatif avec emprunt à 100% afin de me constituer un capital et aussi defiscaliser.
    Cependant je dispose de 140.000 d’épargne en divers produit (pel ,ass vie, pee,etc) et ce, afin de préparer ce futur achat immobilier.
    Mon idée serait d’investir dans 1 (ou 2?) logement suivant la somme que la banque est prête à me confier sans trop toucher à cette épargne.
    Les scénarios que vous décrivez sont ils aussi intéressant si l’on compte investir pour son logement principal dans les années à venir ?
    Si oui que me conseilleriez-vous sur la méthode d’investissement à retenir ?
    Sachant qu’il me reste 55000 a rembourser sur mon crédit de 100000 jusqu’en 2022 (volontairement non remboursé car compte plus rémunérateur), que j’ai la trentaine, un emploi stable. Valeur de mon bien actuel environ 130000.
    Merci.

    1. Quentin

      Lorsqu’il s’agit de résidence principale, autant mettre le maximum d’apport (selon mon idée). Pourquoi ? Pour se recréer au plus vite un pouvoir d’investir.
      En effet, avec votre résidence principale, le banquier vous accordera un prêt n’excédant pas (du moins pas de beaucoup) 33% de vos revenus. Lorsque c’est un locatif, on vous accorde 70 à 80% des revenus locatifs.
      Bref, l’apport pour la résidence principale, les prêts pour les investissement.

      1. davis

        Merci pour votre reponse.
        Vous me conseiller donc de garder mon épargne jusqu’à l’achat définitif de ma résidence principale.
        C’est pour cela que je souhaite garder mon épargne pour mon futur achat principal, pour avoir un maximum d’apport.
        Mais n’ai je pas intérêt à emprunter pour investir dans le locatif en remboursant le crédit avec les loyers ?
        Voulez vous dire qu’avec un emprunt locatif, la banque ne me prêtera peut être plus le complement nécessaire à l’achat de ma futur résidence principale ?
        Les raisons qui m’incite a me poser ces questions sont:
        – Les taux d’emprunt de plus en plus bas.
        – Mon épargne rassurante pour un banquier (qui sera peut être plus en clin à me prêter)
        J’ai également cru comprendre qu’un prêt pour un investissement locatif était été plus aisé.
        Merci.

        1. Quentin

          Pour le locatif, oui, oui et mille fois oui, si vous n’avez pas besoins de revenus locatifs, empruntez au maximum. Voir même, compte tenu de votre épargne je me doute que vous êtes assez à l’aise pour épargner. Permettez moi de vous conseiller donc non seulement de rembourser avec les loyers, mais aussi un peu plus que les loyers.

    2. k&c

      Le point « defiscaliser » me parait important.
      Il faudrait connaitre votre taux marginal d’imposition, mais il faut savoir que si le bien s’autofinance (le loyer rembourse les charges, les impots et la dette), ça viendra alourdir l’impot
      En achetant un bien avec travaux ça défiscalise la première année voir la 2e mais rarement sur la durée.
      A moins de rembourser plus que le loyer si on ne craint pas le risque de déconfiture personnelle, mais ça vient amputer la capacité d’emprunt pour la future résidence principale.
      Il y a aussi la possibilité d’investir dans un meublé pour déduire 3% du prix d’achat chaque année.

      Ce que je conseillerai c’est de garder 55000 euros pour faire un remboursement anticipé du crédit de résidence principale le moment voulu (et éviter ainsi au maximum le pret relais), consacrer 50000 euros à l’investissement locatif et mettre les 35000 restants sur un PEA (ou laisser sur PEE) à titre de diversification

  8. Charles

    Je ne suis pas un expert de l’investissement immobilier mais la question de l’effet de levier se pose aussi pour les investissements financiers. L’effet de levier peut être considéré comme un avantage autant qu’il peut représenter un risque. Pour moi, la question à se poser est la suivante: « Ai-je les compétences en gestion de risque suffisantes pour utiliser un effet de levier? ».

    Pour ce qui est de l’investissement financier, de plus en plus d’invetisseurs particuliers utilise des instruments à effet de levier comme les CFD pour prendre des positions plus importante sur les marchés et diminuer le coût relatif des commissions.

    Charles
    Charles Articles récents…Secure Investment – Arnaque sur le marché des robots de trading forexMy Profile

  9. ralambof

    bonjour,
    mon scenario est inhabituel car la ou je vis le taux d interet est de 12,5% l assurance de 0,2% les frais de notaire de 2% et le taux d inflation du pays de 7% avec des risques politiques eleves!
    j ai fini le gros oeuvre de deux villas et il me reste le second oeuvre evalue a 42 000€ que j envisage d emprunter!
    qu en pensez vous: j ai 45 ans deja proprietaire de ma residence principale ainsi que d une residence secondaire.
    j ai 12 000€ d epargne de precaution et sans emprunt je pourrais terminer les deux villas sous 2 ans et demi!
    que me conseillez vous? les des apparts villas sont destines a la location !
    mercinde votre reponse
    Haja

    1. Quentin

      Avec un taux à 12,5% le prêt est automatiquement moins intéressant quoi que l’inflation est élevée aussi. Ce que je regarderais c’est la rentabilité locative. Si elle est supérieure au taux du pre et qu’elle suit l’inflation, on emprunte, sinon, on paye cash !

  10. ralambof

    merci Quentin ,
    elle est en effet supérieur au taux du prêt mais juste de 2% .
    si tu viens un jour a Madagascar fais nous signe.
    cordiales salutations

  11. bruno

    Bonjour
    Je suis un ancien cadre retraité je suis marié, propriétaire de mon logement et envisage un investissement locatif d’un montant de 85000€. Je dispose de la somme. Toutefois, ma banque est prête à m’accorder un prêt de 30000€ à 1,9% avec assurance 1 tête 0,30% sur 7 ans. Le but de cet investissement outre la diversification des investissements, est d’accroître mes ressources, car nous dépensons plus que nous ne gagnons.
    Il m’est également nécessaire de prévoir l’acquisition d’un plain pied qui deviendra notre résidence principale dans quelques années. Les prix de l’immobilier, dans ma région décroissent.
    Faut-il emprunter?

    1. Quentin

      A ces taux là, je vous conseille d’emprunter. Mais lorsque vous me dites que vous dépensez plus que ce que vous gagnez, cela me pose un problème. C’est bien de voir le côté revenus, je vous conseille aussi de faire un brainstorming côté dépenses…

  12. Yann de SolidAirbnb

    Bonjour Quentin,

    Je suis nouveau sur ton blog et cet article m’a beaucoup intéressé.

    Il faut savoir utiliser l’endettement, de manière raisonnable,
    mais il faut le faire surtout lorsque les taux sont bas.
    Après, la seule question qui vaille est : comment augmenter la rentabilité de son investissement
    (soit pour rembourser plus vite la banque, soit pour réinvestir).
    Qu’en penses-tu ?

    Bonne journée,
    Yann
    Yann de SolidAirbnb Articles récents…Faut-il inclure une caution dans votre annonce Airbnb ?My Profile

    1. Quentin

      En fait, tout dépends de l’horizon de placement, de son objectif et de la capacité à réaliser d’autres opérations.

      Je m’explique plus précisément :
      – Vous ne voulez pas dégager de cash avant longtemps (vous avez un travail et vous ne voulez pas avoir des revenus complémentaires avant votre retraite par exemple), il est inutile de rembourser la banque plus vite.
      – A l’inverse, vous voulez générer des revenus supplémentaires, vous remboursez vite la banque pour jouir de l’intégralité de vos loyers.

      Enfin, si vous avez 100 000 € sur des livret à 1% mais que vous ne souhaitez faire qu’ne seule opération immobilière, cela ne sert pas à grand chose de s’endetter. Mettez tout l’apport ! Par contre, si vous voulez faire plusieurs opérations, utilisez le levier au maximum pour répartir l’apport entre les différentes opérations.

      Par ailleurs, un principe de calcul simple : si votre taux d’emprunt est inférieur au rendement du bien, pas d’hésitation, il faut emprunter au maximum. Dans le cas contraire, il faut faire le calcul, car, il y aura un moment ou le fait d’emprunter nuira à votre rentabilité.

  13. Yann de SolidAirbnb

    « En fait, tout dépend de l’horizon de placement, de son objectif et de la capacité à réaliser d’autres opérations. »
    Là dessus, on est d’accord.

    Ce n’est pas le taux d’emprunt qui va nuire à la rentabilité d’un bien, dans le cas d’un taux fixe, mais les loyers que vous allez toucher ou pas de vos locataires.

    Maximisez les loyers et vous pourrez rembourser plus vite, et ferez ce que vous voudrez ensuite du cash.

    Je vous rejoins sur un point : vivre à 100% de ses loyers en ayant plusieurs crédits qui courent est de la pure folie, ne serait-ce que parce que cela revient à acheter sa baguette de pain avec le crédit de la banque. Pas très rassurant, de mon point de vue.

    Mieux vaut emprunter pour financer des biens qui dégagent des excédents, les utiliser pour rembourser le crédit, et ensuite vivre de ses loyers.
    Yann de SolidAirbnb Articles récents…Faut-il inclure une caution dans votre annonce Airbnb ?My Profile

  14. Helene

    Bonjour,

    Mon fils (27 ans) vient de recevoir une somme d’argent assez conséquente en succession de son papa décédé l’an dernier.

    Pour le moment, il vit avec moi et n’envisage pas d’emménager ailleurs tant que sa situation professionnel ne sera pas plus stable.

    Il voudrait cendant utiliser une partie du capital qu’il a reçu pour investir dans un bien immobilier (100.000 euros environ) qu’il louerait. Son banquier lui « conseille » d’emprunter la totalité du bien en faisant un crédit « in fine ». Je pense que c’est plus l’avantage du banquier que celui de mon fils ! D’autres amis lui conseillent plutôt d’acheter cash.

    Qu’en pensez-vous ?

    D’avance merci à vous.

    Helene

    1. Quentin

      Bonjour,

      Garder son cash et faire un crédit sur un investissement immobilier, je dis oui. Par contre, le crédit in fine coûte très cher.

      1ère chose à faire, c’est de placer son argent sur une assurance vie avec une forte proportion de fond en euros pour assurer une rentabilité faible mais sûre et constante, sans prendre le risque de dépenser l’argent à tord et à travers et que finalement son héritage lui file entre les doigts. Gardez une somme suffisante (10 à 15 k€) sur un livret A pour payer les frais en cas d’investissement et aussi pour parer aux risques de la vie.

      Ensuite, on s’intéresse à un investissement immobilier. Ce n’est pas parce qu’on à les moyen qu’il faut acheter n’importe quoi. Votre argent étant à l’abri sur une assurance vie, vous pouvez prendre le temps de trouver un bien et de le négocier pour obtenir un rendement élevé.

      Enfin, et seulement là, vous vous occupez du montage avec le banquier. Pour ma part, compte tenu de l’age et des fonds disponibles, il peut emprunter à 100% le logement avec un prêt le plus long possible pour que les loyers couvrent au maximum les remboursements. On tapera d’abord dans le livret, puis dans l’assurance vie en cas de besoins ponctuels.

  15. Yves

    Bonjour,

    Je vous présente mon cas (pas banal) : actuellement sans emploi à 43 ans mais disposant d’une somme conséquente de liquidités (env 400K suite à diverses opérations immo), je ne sais trop quoi faire.
    Il est pour moi hors de question de mettre un seul centime dans de l’assurance-vie, sachant la crise obligataire qui frémit.
    Je pense à l’immobilier et donc à faire un investissement locatif, mais investir tout ce cash n’a aucun intérêt si je n’utilise pas l’effet de levier crédit. Je suis moi-même locataire et encore au début de mes droits, même si je compte ce revenu pour zéro vis à vis de la banque (qui prêterait à un chômeur ?)

    Comme je n’ai pas l’intention de reprendre un emploi salarié, je monte mon propre business avec une petite partie de ce cash mais pas non plus envie d’attendre 3 ans de bilan, et sans avoir non plus de garantie que cela marche.
    Un ami me propose de devenir marchand de biens, mais ça n’est pas mon métier et je ne suis pas certain d’avoir envie de faire ça. Il semble cependant que l’idéal serait de créer une entreprise…
    Utiliser le crédit pourrait me permettre de vivre des loyers perçus (j’ai déjà fait l’étude détaillée), car je peux affecter les intérêts d’emprunt au déficit foncier.
    La bonne nouvelle est que je n’ai pas peur de me lancer dans des projets…

    Bref c’est la quadrature du cercle, donc je suis preneur si quelqu’un a une idée !

  16. sam

    Bonjour,
    Jeune couple de 32 ans avons un bien actuellement que nous espérons revendre 180Ke environ.
    Nous souhaitons acheter plus grand dans 2 ou 3 ans pour résidence principale.
    Le futur bien nous reviendrai entre 300 et 350Ke.

    Nous disposons actuellement d’environ 50Ke disponibles et 15Ke du Assurance Vie.

    Il nous reste quelque 74Ke de remboursement de notre bien actuel et nous venons d’augmenter nos échéances pour que le crédit se termine d’ici a fin 2018. de ce fait cette augmentation va diminuer notre capital.

    Pensez-vous que notre raisonnement est mauvais car nous allons diminuer notre capacité de cash dans l’espoir de ne plus avoir de crédit sur le dos…?

    Espérant avoir été clair..

    1. Quentin

      Personnellement, je pense que la résidence principale doit être vite remboursée. C’est une assurance vie.

  17. IvannaLoret

    Je suis nouveau sur ce blog, j’ai découvert par hasard le blog. Je vais partager mon expérience avec tout le monde. Propriétaire en 92, on a investi dans un appartement locatif, va pour 15 ans de crédit, au bout de 8ans, on a pu acquérir à nouveau 2 autre appartement avec taux 3.5%.En 2007, on a investi sur un autre 2 autre appartement dans la région parisienne.
    Je suis auto –entrepreneur en bâtiment, mon mari, il travaille comme chauffeur on a un revenu de 4000€ net à nous deux par mois. On rembourse 3450€ par mois. Je conseille d’investir, n’entrez pas dans le jeu des banquiers faisant le crédit fini, aillez un peu d’apport même si ce n’est pas conséquent .Investissez aussi dans l’immobilier c’est une valeur sure .
    IvannaLoret Articles récents…Consolidation de dettes : une autre méthode pour simplifier vos financesMy Profile

  18. Laurence

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant.
    Nous avons fait un emprunt pour notre maison d’habitation. Le terme de l’emprunt est dans un peu moins de 6 ans. Nous avons la quarantaine et pas grand chose en épargne.
    Comment pourrions-nous investir dans un immeuble ?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Laurence.

    1. Quentin

      Un immeuble ? Je dirais, un investissement plus facile réussi pour convaincre le banquier. Et puis sinon, beaucoup de recherche et de négo. Le marché des immeubles est un monde d’investisseurs avertis, des bons, les bonnes affaires sont dures à prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge