«

»

Oct 26

Gagner en bourse en utilisant les dividendes


 

 

Au début de cette série d’articles sur la bourse, j’avais évoqué les dividendes qui peuvent être versés aux actionnaires.

1. Le CAC « total return ».

Oh, le gros mot !

En fait, c’est simple, on appelle le CAC total return le cours qui suit l’indice CAC 40 en tenant compte des dividendes des actions. Cela correspond à un portefeuille d’action où on a des actions des 40 sociétés du CAC, on reçoit les dividendes on paye ses impôts et on les réinvestis ensuite de nouveau dans les 40 actions du CAC.

Au final, cela nous donne les performances suivantes :

année CAC 40 Perf CAC CAC Total return Perf CAC TR Livret A Perf Livret A
1987 1 000.00 1 000.00 1000.00 4.50%
1988 1 573.94 57.40% 1 606.82 60.68% 1045.00 4.50%
1989 2 001.08 29.50% 2 082.58 29.61% 1092.03 4.50%
1990 1 517.93 -24.60% 1 609.91 -22.70% 1141.17 4.50%
1991 1 765.66 15.50% 1 916.19 19.02% 1192.52 4.50%
1992 1 857.78 5.20% 2 060.31 7.52% 1246.18 4.50%
1993 2 268.22 22.10% 2 570.48 24.76% 1302.26 4.50%
1994 1 881.15 -17.50% 2 176.64 -15.32% 1360.86 4.50%
1995 1 871.97 -4.30% 2 213.92 1.71% 1422.10 4.50%
1996 2 315.73 23.24% 2 795.90 26.29% 1486.10 4.50%
1997 2 998.91 29.34% 3 684.87 31.80% 1538.11 3.50%
1998 3 942.66 37.31% 4 908.03 33.19% 1588.10 3.25%
1999 5 958.32 51.12% 7 515.81 53.13% 1630.50 2.67%
2000 5 926.42 -0.54% 7 550.48 0.46% 1674.03 2.67%
2001 4 624.58 -21.97% 5 975.25 -20.86% 1718.73 2.67%
2002 3 063.91 -33.75% 4 032.77 -32.51% 1757.40 2.25%
2003 3 557.90 16.12% 4 785.01 18.65% 1796.94 2.25%
2004 3 821.16 7.40% 5 268.31 10.10% 1837.37 2.25%
2005 4 715.23 23.40% 6 669.63 26.60% 1876.42 2.13%
2006 5 541.76 17.53% 8 061.85 20.87% 1923.33 2.50%
2007 5 614.08 1.31% 8 397.36 4.16% 1978.53 2.87%
2008 3 217.97 -42.68% 5 010.38 -40.33% 2052.72 3.75%
2009 3 936.33 22.32% 6 391.72 27.57% 2087.00 1.67%
2010 3 804.78 -3.34% 6 364.57 -0.42% 2118.31 1.50%
2011 3 159.81 -16.95% 5 455.49 -14.28% 2165.97 2.25%

Ce qui se traduit graphiquement par :

On constate que petit à petit, les dividendes réinvestis font faire grossir le portefeuille et le CAC taol returne sera plus performant que le CAC 40 : 7.32 %/an de rentabilité moyenne sur le très long terme (87-2011) soit 3% environ au dessus du CAC 40 (normal, les dividendes tournent en général autour de 3%).

Nous voilà donc avec une stratégie plus performante que le CAC 40 et, tout en étant plus simple, presque aussi performante que la 1ère stratégie présentée dans l’article de la semaine dernière.

MAIS, il est en général très compliqué d’avoir les quarante valeurs du CAC en portefeuille. Il faut beaucoup d’argent et de plus il y a régulièrement des changements dans les sociétés côtés sur le CAC. Par exemple, récemment, Solvay et entrée et Peugeot est sortie.

Mais alors comment utiliser les dividendes?

2. La stratégie des DOGS.

La stratégie des DOGS est LA STRATÉGIE performante la plus éprouvée sur le Dow Jones, elle peut aussi s’applique sur le CAC. Elle a été testée et re-testée sur des périodes très longues et sur des indices variés. Elle est très fiable et très performante.

Comment fonctionne-t-elle ?

En chaque début d’année, on regarde les 10 actions de l’indice les plus performantes en terme de dividendes. On les prends. L’année suivante, si le classement à changer, on vends celle qui sont sortie du classement et on achète celles qui sont entrées.

Comment trouver les 10 meilleurs actions en termes de dividendes ? Sur le site Boursorama !

Par exemple, en 2012 sur le CAC, on prendrait :

  1. France Télécom
  2. GDF Suez
  3. Bouygues
  4. Veolia environnement
  5. ST Microelectronics
  6. EDF
  7. Vivendi
  8. AXA
  9. Total
  10. Unibail-Rodamco

Malheureusement, je n’ai pas d’historique long sur le CAC. Sur le site la bourse pour les nains, il y a un tableau qui montre une performance de 6 %/an en moyenne sur la période 1999-2011. Il faut comparer au CAC qui a fait -2.05%/an en moyenne sur la même période, le CAC total return est à 0% et le livret A fait en moyenne 2.5% annuel.

La stratégie DOGS est donc gagnante.

Compte tenu des back tests réalisés sur le Dow Jones, il est plus aisé de regarder une période longue sur l’indice phare des États Unis. D’ailleurs, aujourd’hui avec Internet, rien ne nous empêche d’investir aux US (attention tout de même au risque de change €/$).

Voici donc les courbes comparées sur la période 87-2011

Le résultat est incontestable, la performance des DOGS atteint presque les 10%/an moyens.

Pourquoi ça marche ?

  • Les valeurs ayant les plus gros dividendes sont en général les entreprises qui sont en meilleure santé. Mais ce n’est pas toujours vrai !
  • Lorsqu’une valeur sort du top 10, il y a 2 raisons possibles. Soit les dividendes ont baissé, l’entreprise est donc dans une période de difficulté, il est donc bon de s’en débarrasser. Soit les dividendes restent constants voir en hausse, mais la l’action à pris beaucoup de valeur et le ratio est devenu défavorable. La valeur est devenue surcotée, il faut donc prendre ses bénéfices.

je m’explique sur le second point avec un exemple un exemple, une entreprise à un cours à 20 € et verse un dividende de 1.00 €/action en 2011 soit un rendement de 5%. L’année suivante, elle côte désormais 30 €, elle à donc pris 50%, par contre, elle décide de verser un dividende de 1.10 €/action soit un rendement de 3.6 %. Si ce ration ne lui permet plus d’être dans le top 10 de l’indice, on revend cette action en janvier 2012. En faisant cette opération, on a acheté à 20 €, on a reçu 1€ de dividende et revendu à 30 €, on fait donc une plus-value de 55%.

Conclusion :

C’est la méthode que je conseille sur les actions sur le long termes. Elle est performante et éprouvée.

 

 


(2 commentaires)

  1. k&c

    Pour la méthode des dogs le fond du problème est de savoir quand on connait exactement le montant des dividendes. La méthode fait la selection des valeurs en Janvier alors que les dividendes sont fixés plutot en Mars ou Avril et confirmés en Mai.

    Ceci dit pour jouer les dividendes ou la plus-value la fiscalité du moment (et de son cas particulier) a son importance car selon les gouvernements, la fiscalité avantage l’un ou l’autre et en ce moment elle varie très/trop vite

    1. Quentin

      Si la méthode est perfectible, je pense qu’il est préférable de l’appliquer sans y mettre trop de « si » et de psychologie, car c’est aussi un bon moyen de ne jamais y aller.
      L’inconvénient majeur, c’est que, pour pouvoir appliquer cette méthode sans y perdre trop en frais nécessite d’avoir environ 15 000 €. En effet, il faut 10 actions différentes en portefeuille donc 10 fois les frais de courtages. Pour les banques en lignes, il sont faibles mais avec un minimum de 10 € en moyenne. si on met 100 €, il y a 10% de frais, donc c’est confiscatoire. Avec 1500 €, on arrive à 0.7% ce qui est plus acceptable. Avec 10 actions ce sera tout de même un maximum de 100 € de frais de courtages annuel.

      Ensuite, pour appliquer la méthode, j’ai tendance à affiner à 2 niveaux pour diminuer les risques :
      – Je regarde les 10 plus gros dividendes parmi les actions qui ont le PER le plus faible. what ??? le PER c’est le ration entre la valeur de l’action et le bénéfice net. autrement dit, si le PER est élevé, cela veut dire qu’on surpaye l’action.
      – D’autre part, j’évite le risque sectoriel : par exemple, avoir EDF et GDF en portefeuille, c’est prendre un risque en cas de crise sur l’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge