«

»

Déc 14

Pour créer une entreprise, demandez le laisser passer A 38

Bandeau Cartes de visite Site Internet Objectif

Ça y est, me voilà entrepreneur. A moi la richesse et la liberté… Mais aussi les emmerdes. Retour sur un parcours du combattant qui a pris plus d’un an à se concrétiser. Et merci le choc de simplification qui n’existe que dans la bouche des politiciens. Depuis le début de ma démarche, j’aime me regarder la petite vidéo des douze travaux d’Astérix : demandez le laissé passé A38. Cela me rassure. Je vous la partage ici, si vous avez une dizaine de minutes devant vous, cela vous fera un peu de bien.

 

Pour ma part, j’ai l’impression de voir ma création d’entreprise dans cette vidéo. Pourquoi ?

Je vais décomposer les choses en paragraphes pour être plus clair, mais songez que tout cela se passe en même temps (il faut réussir à suivre).

 

Objectif 15 : ma petite PME

 

Présentons d’abord ce que je fais, plus précisément ce que nous faisons. J’ai en effet décidé de monter cette société avec un copain. Rien de mal à cela… si ce n’est du point de vu de l’administration.

 

Donc Objectif 15 est une entreprise qui réalise des maisons passives et des rénovations thermiques et énergétique. Notre société intervient comme maître d’œuvre. C’est à dire que nous ne sommes pas artisans, mais nous organisons et coordonnons les travaux.

 

Autrement dit, c’est une société assez light à monter : pas besoin de gros capitaux, pas de salariés. Le point théoriquement le plus compliqué c’est d’obtenir une assurance décennale.

Bureaux passif Objectif15 1

Une entreprise, c’est des associés, des statuts, un capital, un (ou des gérants)…

 

A première vue, ce n’est pas compliqué, pour créer une entreprise, les ingrédients sont :

  • Les associés : c’est à dire les personnes qui apportent un peu d’argent pour créer la société (dans une société plus grosse, on appelle cela des actionnaires).
  • Le capital : c’est l’argent apporté par les associés et qui est nécessaire à faire démarrer la boutique.
  • Les statuts : c’est le texte qui permet de fixer les règles de fonctionnement de la société.
  • Le gérant : c’est la personne qui est chargée de faire tournée la boutique (dans les PME, le gérant est en général aussi l’un des associés).

Pour nous, très simple : trois associés qui mettent chacun le même montant et deux cogérants qui sont deux des associés.

 

SAS, SARL ? …

 

Quel choix faut-il faire sur l’entité juridique ? Pour cela nous avons pris les conseils d’un avocat spécialisé. Une fois les explications faites, on est encore plus loin du compte qu’en arrivant au rendez vous. En SARL, il y a plein d’avantages… et d’inconvénients. En SAS aussi…

Entreprendre, c’est aussi « trancher », alors nous sommes partis sur la SARL.

 

Pour déposer les statuts, il faut connaître le capital, pour…

 

Nous entrons maintenant dans la spirale infernale. Pour créer la société, il convient juste de déposer les statuts et le capital. Sauf que le choix des statuts change plein de choses au niveau du modèle économique et a donc une incidence sur le capital. Cependant, le montant du capital est écrit dans les statuts.

On réfléchi, on tranche et on passe à la suite.

Pour déposer les statuts, il faut avoir déposé le capital (comme preuve qu’on a les moyens de ce qu’on avance), mais pour déposer le capital, il faut avoir une compte en banque… et pour avoir un compte en banque, il faut avoir créé la société, donc avoir déposer les statuts.

 

Alors il faut donc créer un compte provisoire, pour déposer le capital, puis déposer les statuts, puis attendre le retour de l’administration, puis retourner à la banque pour créer le compte définitif. Et attendre encore un peu pour pouvoir payer des factures (c’est à dire pouvoir faire fonctionner la société).

 

Finalement, c’est ça le plus simple ! On passe à la suite ?

 

Comment assurer l’entreprise ?

 

Compte tenu de notre activité de maître d’œuvre, il est obligatoire d’avoir une assurance décennale. Donc, il faut avoir la certitude d’être assurable avant d’avoir créer la société. Inutile de dire que les assurances ne se bousculent pas pour rendre des devis à deux gugusses qui créent une boîte.

 

Par ailleurs, pour déposer les statuts, il faut avoir la preuve qu’on est assurable, donc avoir une devis d’assurance au nom d’une société qui n’existe pas… Ensuite, il n’est possible d’avoir l’assurance qu’une fois que la société existe… et que le compte fonctionne.

 

Trois mois après la création, on est en passe de réussir.

 

La création d’entreprise, c’est bien aidé en France.

 

C’est vrai, mais les aides sont complexes à comprendre, elle viennent de plusieurs entités avec des démarches différentes à chaque fois… tout en étant liées entre-elles.

 

Maintien des allocations chômages : l’aide la plus intéressante

 

Le nec plus ultra est de maintenir ses allocations chômages alors que l’entreprise est déjà créée. Attention, elles ne sont pas cumulables avec une rémunération. Donc, il faut que l’entreprise ne verse aucun salaire à ses dirigeants pour qu’ils puissent toucher le chômage. Compte tenu du temps au démarrage, ce n’est pas trop compliqué, mais…

Au pôle emploi, on vous encourage à faire ces démarches, mais quand on s’y engage, aucun conseiller ne comprend plus rien. Le logiciel non plus. Bref, personne ne sais les pièces qu’on doit fournir (enfin tout le monde a son avis). Ensuite, vous êtes un mouton à cinq pattes pour leur logiciel, chaque mois, il faut donc s’actualiser sur le site web en jurant sur l’honneur qu’on recherche un emploi. Il faut aussi remette une feuille justifiant qu’on n’a pas perçu de revenu de la par de la boîte. Mais sur laquelle il faut indiqué qu’on a travaillé 0 heure. Car pour le pôle emploi, une heure travaillée ne peut pas être payée zéro.

Alors, on fait des semaines de 50 heures et on doit justifier 0.

 

ARE ACCRE ARCE NACRE… Les acronymes à connaître !

 

Voilà plein de noms barbares avec lesquels il a fallu se familiariser. Il s’agit de tout un tas de dispositifs d’aides différentes, mais imbriquées entre elles.

L’ARE veut simplement dire qu’on conserve les allocations chômage (expliqué dans le paragraphe précédant), l’ARCE est un dispositif qui permet de bénéficier de ses allocations chômage en deux fois (c’est au choix entre l’ARCE et l’ARE). L’ACCRE est un dispositif d’exonération de charges sociales pour la première année. Enfin, le NACRE est un prêt à taux zéro.

Pour ma part, l’ACCRE n’avait pas d’intérêt, sauf qu’il a fallait en bénéficier pour obtenir d’autres aides (dont je vais parler par la suite). Le NACRE nous intéressait, mais il faut suscrire un prêt à la Banque.

 

Coup de pouce de la région

 

Il s’agit d’une subvention donnée par la région Haute Normandie qui peut aller jusqu’à 7500 €, avec plein de conditions sur les besoins de financement dans le business plan et il faut souscrire un prêt à la banque. Vous ne me suivez plus. C’est pas grave, on continue.

 

Le prêt bancaire pour bénéficier des aides

 

Vous l’avez constaté dans les paragraphes précédents, pour obtenir certaines aides, il faut un prêt bancaire. Pour notre part, ce n’était pas vraiment nécessaire, mais pourquoi se priver des aides auxquelles on a le droit. Nous avons donc pris notre bâton de pèlerin pour obtenir le fameux prêt bancaire qui donne accès aux aides.

Nous souhaitions 10500 €, ce n’est pas énorme pour un prêt bancaire, mais compte tenu de notre activité, il n’y a pas d’investissement (voiture, bâtiment, outils, matériel) qui atteigne ce montant. Il s’agit donc de financer de la trésorerie (c’est à dire de quoi vivre le temps que l’argent rentre). A ce moment là, toutes les portes se ferment. Et oui, les banquiers ne veulent pas financer des choses qu’ils ne peuvent pas saisir.

Il a fallu… 6 mois pour que les 10500 € arrivent enfin sur notre compte.

Et surtout, quand on a le prêt bancaire, on peut aussi bénéficier des aides.

 

Passages en commissions

 

Bureaux passifs seine écoplis 2

Évidemment, pour attirer les aides et aussi intégrer une pépinière d’entreprise (ce que nous souhaitions aussi), il faut, en plus de réaliser des dossiers complexes, présenter notre projet devant des commissions. C’est à dire, préparer encore un oral, attendre la date de la commission qui n’a lieu qu’une fois tous les 3 mois… Avec un résultat… qui n’est pas toujours garanti.

 

Intégrer une pépinière d’entreprise

 

Une pépinière d’entreprise, c’est l’idéal pour commencer. D’autant plus que sur la Métropole de Rouen, nous avons une pépinière dédiée à l’éco-construction : Seine Ecopolis. Outre le fameux passage en commission, il faut ensuite signer un bail. Mais pour signer un bail, il faut que l’entreprise existe. Sauf que pour que l’entreprise existe, il faut avoir un siège social… Et pour justifier d’un siège social, il faut avoir signer un bail ! Le serpent se mord encore la queue. Bref, il faut encore passer par un bail provisoire, puis ensuite passer au bail définitif…

 

Et la sécu ?

 

En ma qualité d’inscrit au Pôle Emploi, je cotise à la Caisse Primaire d’assurance maladie (CPAM) et doit donc pouvoir en bénéficier. Mais comme chef d’entreprise, je cotise au Régime social des indépendants (RSI) et doit donc pouvoir en bénéficier. Inutile de vous dire qu’au bout de 3 mois d’existence de l’entreprise, je cotise aux deux régimes, mais je ne bénéficie ni de l’un, ni de l’autre. Je suis donc sans sécu ! Encore quelques heures de perdues à jouer au ping pong avec les interlocuteurs des deux régimes, avec des avancées… de temps à autre.

 

L’entreprise est créé, on peut travailler !

 

Oui, on peut travailler, mais attention, pas à plein temps sur le cœur de métier. Il faut se poser des questions d’administration, d’impôts, caisse de retraite, cotisations diverses, comprendre la comptabilité, éviter les arnaques…

 

 

En résumer, le choc de simplification, je l’attends toujours.

 




 

Vous souhaitez faire construire une maison passive en Normandie ou rénover votre habitat en Normandie, contactez moi, je peux vous aider.

 

 

 

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Didier-Fabrice

    Bonjour,

    Ah ah ah : je rigole jaune car dans quelques jours ce sera mon tour.

    Juste pour faire mon chieur de service : «associés : c’est à dire les personnes qui apportent un peu d’argent pour créer la société (dans une société plus grosse, on appelle cela des actionnaires)»

    Ce n’est pas la taille qui compte mais le type de la société. Un actionnaire ce n’est rien d’autres qu’un associé dont le titre qu’il détient est appelé action. Une SARL n’est pas constituée d’actions même au sein d’une très grosse SARL les associés ne sont pas des actionnaires…

    Y a-t-il une raison d’avoir fixé le capital social à 22 572 € plutôt que d’avoir fixé l’apport de chaque associé à 7500 tout ronds ?

    1. Quentin

      J’ai effectivement fait un raccourci pour le néophyte, la SARL peut être grande et la SA petite, mais dans les faits, c’est l’inverse.

      Tu as fouiller pour le capital social… C’est simple, c’est une question de précaution : j’ai 3 enfants et une madame, mon associé cogérant deux et une madame aussi, le troisième étant célibataire sans enfants. Bref, il fallait que le capital soit divisible par 4 et par 6 avec des valeurs de parts assez rondes pour qu’il n’y ai pas de disputes d’héritage en cas de pépin.

  2. Pierre et vacances placement

    J’ai bien ris en lisant ton article. C’est exactement ce que je reproche à la création d’entreprise en France : trop complexe et surtout illogique par moment…
    Tu as bien du courage a avoir fait toutes ces démarches, tous ces papiers administratifs sont vraiment insupportables à gérer…
    Du coup tu es associé avec ton ami et vous avez tous les deux apporté un capital pour le lancement de ta société ?

  3. Guimbeau

    Merci de partager avec nous ton parcours. Ça sera certainement d’une grande aide à ceux qui souhaitent lancer leur propre boite.

  4. Antoine

    Merci pour l’info car c’est la parcoure de combattant
    Antoine Articles récents…MatelasMy Profile

  5. Cyril

    J’ai toujours eu envie de créer une entreprise, mais je ne savais pas quelle démarche entamer exactement. Ton article m’est très utile et il me procure les outils nécessaires pour avancer dans ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge