«

»

Avr 05

Pourquoi ne pas investir dans un parc éolien ? (partie 1/3)

 

L’investissement, ce n’est pas que l’immobilier ou la bourse. Il existe tout un panel d’investissements intermédiaires peu connus du grand public : capital risque, PME, outil industriel… L’investissement dans un parc éolien en fait partie.

 

Développement durable, développement économique, emplois non-délocalisables, éthique, rentabilité, investir dans une PME… Comment concilier tout ça ? Pourquoi ne pas investir dans un parc éolien.

 

Qu’est-ce qu’un parc éolien (pour un investisseur) ?

 

Tout bêtement, on répondra que c’est un ensemble d’éoliennes côté à côte. Mais, sur le plan juridique, on ne le sait pas assez, mais un parc éolien est bien souvent une « PME » à lui tout seul. Je m’explique :

En général, les parcs éoliens sont développés par de petites entreprises de quelques salariés. Le problème, c’est qu’un parc éolien demande un investissement financier très importants (souvent, plusieurs dizaines de millions d’euros). Hors, ces petites structures ne sont pas en mesure de financer facilement un parc.

 

La solution, c’est que le parc éolien soit une « entité juridique » à part (une entreprise sans personnel en quelques sortes). Pourquoi faire ainsi ?

  • Le parc éolien gagne sont propre argent en vendant l’électricité sur le réseau.
  • Les banques prêtent facilement au parc éolien qui n’est ainsi plus soumis au risque de faillite de la PME qui l’a développé.
  • Si la PME qui a développé le parc fait faillite, le parc reste, lui, solvable et peut être repris par d’autres investisseurs et continue à vivre.

En quelque sorte, l’entreprise « parc éolien », est plus solide que la PME qui l’a développer.

 

Bien sûr, il y a différentes façons de faire le montage et GDF Suez ne procédera pas de la même manière qu’une petit PME locale.

 

Intérieur du mat d’une éolienne

 

La vie d’un parc éolien, c’est quoi ?

 

Pour bien comprendre l’investissement éolien, suivons les étapes de la vie d’un parc :

  • Identification des zones : le développeur (entreprise qui développe les parcs) identifie les zones propices à la réalisation d’un parc. Les critères sont les suivants : éloignement des habitations, potentiel de vent, zone autorisée par la région pour le développement éolien, absence de risque vis-à-vis des avions, des lignes électriques, des conduites de gaz, etc. Cette phase peu prendre quelques semaines à quelques mois.
  • Prospection : il s’agit de se rendre sur la zone et de prendre contact avec les élus locaux, les propriétaires terriens et les exploitants agricoles (les éoliennes sont en général implantées dans des zones agricoles) . Si une majorité de ces personnes est d’accord pour permettre le développement du parc éolien, on peut continuer. Sinon, on arrête là et on va voir ailleurs… Cette phase peut durer de quelques mois à un an.
  • Développement : si les clignotants sont au vert, on commence donc à développer le parc. Il s’agit là de faire les études de vent, impact environnemental, de positionnement des éoliennes, préparation des dépôts des autorisations… Cette phase peut prendre jusqu’à 2 ans.
  • L’instruction : lorsque le parc est développé, on dépose les demandes d’autorisations. C’est beaucoup plus compliqué que pour une maison, car il y a le permis de construire, mais aussi l’autorisation d’exploiter. Les refus sont très nombreux, et même lorsqu’il y a autorisation, très souvent, les permis sont attaqués en justice. Il faut imaginer qu’il faut en général deux ans d’instruction.

 

Arrivé à ce stade, on sait que le parc verra le jour, il s’est passé 4 à 10 ans et seulement 14 % des parcs initiés sont finalement autorisés.

Le parc passe alors en phase de construction.

  • Phase post-permis de construire : Il reste beaucoup de chose à faire avant de construire réellement le parc. Il faut choisir le fournisseur d’éolienne, demander le raccordement au réseau, signer le bail avec les exploitants agricoles, réaliser les études de sol pour dimensionner les fondations. Cette étape dure encore près de 2 ans.
  • Appels d’offres : Viennent ensuite les appels d’offres pour choisir les entreprises qui vont travailler à la construction. Il y a en général quatre corps de métiers principaux (hors des éoliennes elles même) : la réalisation des accès et des plateformes de grutage, la poste des réseaux entre les éoliennes, la réalisation des fondation et la réalisation du poste de livraison de l’électricité. Cette phase dure quelques mois.
  • Le Financement : Tout est prêt pour construire, il faut maintenant (en connaissance des coûts), financer le projet auprès des banques. L’étape dure encore quelques mois.
  • La construction : c’est le chantier qui durera environ un an et seulement quelques semaine pour la partie levage !

Ferraillage d’une fondation d’éolienne

Il s’est passé encore 3 à 4 ans de construction (7 à 14 ans depuis le début), le parc éolien est prêt à tourner. Et surtout ce qui nous intéresse à vendre son électricité et par conséquent, générer des revenus. C’est l’exploitation du parc.

  • Les 15 premières années d’exploitation : l’électricité est vendue à un tarif fixé par l’état (environ 8,2 centimes le kWh). Par comparaison, le particulier paye son électricité environ 12 centimes, cela veut dire que l’électricité d’origine éolienne n’impacte pas votre facture comme certain le disent.
  • Les années 15 à 20 de l’exploitation du parc éolien : L’électricité est vendue au marché libre sans tarif imposé.
  • Après la 20ème année : Théoriquement, c’est la durée de vie de l’éolienne, elle est donc amortie. A ce moment-là, soit on démantèle le parc, soit on le reconstruit, soit on le prolonge. Dans ce dernier, cas, cela devient très intéressant pour l’investisseur !

 

Combien coûte un parc éolien ?

 

Cablages nécessaire pour un parc éolien

 

Entrons maintenant dans le côté investisseur du sujet. Ce n’est pas facile de donner un coût général pour un parc éolien, en effet, il y a beaucoup de paramètres qui entrent en jeu :

  • l’éloignement du poste de raccordement,
  • le prix des métaux,
  • la qualité du sol,
  • le nombre d’éoliennes,
  • leur taille,
  • la facilité d’accès

 

 

 

Pour un ordre de grandeur général, il faut compter environ 1 500 000 €/MW installé. Les éoliennes les plus courantes en France ont une puissance unitaire de 2 MW (en 2013, on place plutôt des 3 MW).

 

Par exemple, un parc éolien de 10 éoliennes de 2 MW coûtera 30 000 000 € qui se décomposent approximativement ainsi :

  • Éoliennes (fabriquées, transportées, levées et mises en service) : 22 000 000 € (soit 75 %)
  • Raccordement : 2 000 000 € (6%)
  • Fondations : 1 500 000 € (5%)
  • Génie Électrique : 1 000 000 € (3%)
  • Accès et plateformes : 500 000 € (2,%)
  • Développement : 2 000 000 € (6%)
  • Autres : 1 000 000 € (3%) – Missions de contrôles, Mesures compensatoires, surveillance de chantier de construction comme sbs-france.com.

Les chiffres peuvent varier sensiblement d’un parc à l’autre.

 

Combien rapporte un parc éolien ?

 

Cela dépend bien entendu du lieu d’implantation. En faisant une moyenne grossière, il faut compter qu’une éolienne de 2 MW en France produira 4400 MWh/an (ou bien 4 400 000 kWh).

 

Converti en monnaie, sachant que le kWh est vendu 8,2 centimes, le chiffre d’affaires d’une éolienne de 2 MW est d’environ 360 000 €. Soit pour un parc éolien de 10 éoliennes de 2 MW : 3 600 000 € de chiffre d’affaire annuel.

 

Il faut bien entendu prendre en compte les charges du parc éolien constituées de :

  • La maintenance des machines.
  • Les frais divers d’exploitation (administratif, suivi de production…)
  • Les loyers à payer aux agriculteurs locaux.
  • Les taxes : taxe foncière, IFER (imposition forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux), l’impôt sur les bénéfices.

Ces frais représentent entre 20 et 30 % du chiffre d’affaires d’un parc éolien.

Il faut aussi ajouter à cela, la charge de la dette.

 

Nous avons donc vu les généralités sur les parcs éoliens. Dans le prochain article, nous verrons comment on finance un parc et quelle est la rentabilité pour l’investisseur.

 

Promis, je mets aussi une vidéo à l’intérieur des éoliennes !

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Marc

    Bonsoir Quentin,

    Vraiment atypique comme type d’investissement mais éthique et dans l’air du temps.

    Vivement la suite !

    Marc.
    Marc Articles récents…Une épargne de précaution efficaceMy Profile

  2. hervé d'argentinvestir.com

    Bonjour,

    Cela permet de diversifier son patrimoine. Il est possible d’acquérir des parts de ces parcs éoliens. Mais attention à la durée d’engagement prise par l’investisseur.
    hervé d’argentinvestir.com Articles récents…Compte enfantMy Profile

    1. Quentin

      Effectivement, ce n’est pas un placement liquide. Il faut s’attendre à les garder pour une longue durée. Quand à les revendre, il vaut trouver l’acheteur !

  3. Philippe

    Drôle d’affirmation !

    Certains préférerons un investissement à rendement plus sûr avec un taux moyen mais qui favorise le développement durable local plutôt que les délocalisations ou les montages financiers…

    1. Quentin

      Je suis d’accord : un investissement, plus local, plus sûr et plus long peut toujours paraître plus intéressant pour nombre d’entre nous.

      1. vents de berry

        Bien souvent voir toujours, l’investissement n’est pas réalisé par des investisseurs et petits épargnants mais par des promoteurs qui cèdent le parc à des groupes financiers. L’image est idyllique….

        1. Quentin

          J’en parle effectivement dans les deux articles qui suivent, en France, les parcs éoliens ne sont pas assez ouvert à l’investissement des épargnants.

          Néanmoins, pour avoir travailler 6 ans dans le domaine, je suis plus nuancé sur la propriété des parcs éoliens.

          Ceux que vous appelez des « promoteurs », je les appelle des développeurs. Pourquoi ? Le promoteur immobilier, lui n’a pas un boulot monstrueux, il doit trouver le terrain, l’acheter, déposer le permis et construire le bâtiment.
          Pour le développeur éolien, c’est la même chose… Enfin, presque, et ce presque fait toute la différence.
          Le développeur éolien doit trouver autant de terrains que d’éoliennes dans le parc et aussi les besoins d’accès et de réseaux (un chouilla plus compliqué que pour faire un immeuble. Ensuite, il doit faire une étude de vent, une étude acoustique et une étude d’impact, cela prend plusieurs années (ça le promoteur immo n’en a pas besoin). Ensuite, comme le prometteur, le développeur éolien doit concevoir le parc, là, c’est pas beaucoup plus compliqué que pour le prometteur immo. Enfin, là où le prometteur dépose un permis, le développeur en dépose 4 : permis de construire, autorisation d’exploiter, permis de passage des réseaux, demande de raccordement au gestionnaire de réseau élec. C’est 4 « permis » sont obligatoires et indépendants. Un refus et c’est perdu. D’autant plus que l’étude de ces permis est plus scrupuleuse que dans le bâtiment.
          Bref, le promoteur immo arrive à un bien en « exploitation » au bout de 2 ou 3 ans avec un taux de projets qui aboutissent proche de 100%, le développeur éolien arrive à un parc en exploitation au bout de 8 ans avec un taux d’aboutissement qui tourne autour de 15% et un investissement plus lourd.

          Ensuite, parlons de l’investisseur ! Grosso-modo, pour un parc éolien, il va falloir investir 20 Millions d’euros dont environ 20% sur fonds propres. Il faut donc avoir 4 millions de côté et des banques qui suivent. Il est rare que le « promoteur » développeur ait les reins suffisamment solide pour investir tout, tout seul. C’est là qu’entrent des investisseurs plus gros.
          Attention, dans ces gros investisseurs, il y a des financiers, mais la plupart du temps, il s’agit d’industriels du secteurs.

          Conclusion, il n’y a pas assez d’investissement participatif, certes, mais l’éolien, ce n’est pas des méchants promoteurs associés à des méchants financiers (ça existe quand même), mais souvent des petits développeurs associés à des gros industriels (c’est la majorité des cas).
          Quentin Articles récents…Faire un effort pour épargner : ça paye !My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge